11.22.2015

Miss Alabama et ses petites secrets - Fannie Flagg



auteur : fannie flagg
genre : roman
paru en : mai 2014
prix : 7€70
editeur : le cherche midi
pages :  444


quatrième de couverture
"Il est loin le temps où Maggie représentait fièrement l'Alabama, au concours de Miss America. à 60 ans, fatiguée, elle pense avoir connu le meilleur de la vie et s'apprête à mettre fin à ses jours, sur la pointe des pieds, sans gêner personne. Seulement il fallait que Brenda téléphone à ce moment-là. Deux places pour un spectacle de derviches tourneurs, dans huit jours, ça ne se refuse pas.. Pour faire plaisir à son amie, Maggie accepte de retarder l'échéance d'une semaine. Et ces quelques jours vont lui montrer que l'existence a encore beaucoup plus à lui offrir qu'elle ne le croyait.."

Je cherchais un roman à additionner à mon comics pour enfin passer en caisse quand je suis tomber sur cette couverture attrayante. Fannie Flagg? Non, ça ne me disait rien. Je retourne le livre et lis la quatrième de couverture et là j'étais impossible de repartir sans. Je ne savais pas à quoi m'attendre dans cette lecture mais j'étais pourtant impatiente de la commencer. Quel ton allait être donner? Regrets, désespoir, feel-good, optimisme..? Et bien surtout de la légèreté et de l'espoir.. Je n'ai pas pleuré à chaudes larmes et je n'en suis pas ressorti transformée, mais ce délicieux livre m'a fait passer un excellent moment. 

L'intrigue n'est pas bien compliquée, elle est même très simple; Maggie qui est tellement pointilleuse a préparé sa mort de A à Z. Elle a vraiment tout prévu ! Clôturer son compte bancaire, résilier ses divers abonnements, faire don de ses vêtements, etc.. Bref, tout, sauf le fait que sa meilleure amie l'invite à une soirée dont elle ne peut échapper. Ex miss Alabama on aurait pu penser que Maggie allait être une star internationale, qu'elle allait se marier à un riche homme d'affaire et qu'elle passerait ses journées à siroter du thé dans les clubs de prestiges de Birmingham mais au lieu de ça elle travaille dans une agence immobilière et habite seule dans un appartement des plus "classiques". Comment en est-elle arriver là? C'est ce qu'on essaie d'apprendre au fil des pages, cherchant un semblant de justification dans sa démarche macabre. Pourtant sa vie n'est pas désagréable, elle est juste résignée à en finir car elle pense que ses plus belles années sont derrière elle. Si seulement elle savait !  

Maggie est une personne douce, attachante, droite et dans lequel on se retrouve facilement. L'attrait que je lui ai le plus apprécié est, que, comme moi elle aime les belles maisons; elle sait déceler le charme qu'à une ancienne demeure. Ses amies ne manqueront pas non plus de vous faire sourire. Entre Brenda la black gourmande, Ethel aux cheveux mauves et bien sûr Hazel la patronne-naine-hyper-enthousiaste vous passerez à coup sûr un bon moment.
Le plus de ce roman réside également dans le fait qu'une deuxième intrigue se joint à l'histoire. Même si elle reste infime comparé à l'intégralité des aventures de Maggie ce petit bonus m'a beaucoup plus !

Comme je vous le disais ce n'est pas une lecture qui vous laissera un profond sentiment mais certaines phrases, situations m'ont fait écho et cette lecture m'a touchée. J'ai ris, j'ai été surprise et j'ai apprécié cette lecture comme on apprécie le goûter. L'ambiance chaleureuse qui s'en dégage donne envie de s'attarder sur Birmingham et ses femmes. Bref, un petit plaisir à lire où le style frais d'Annie Flagg fait son petit effet. 

extraits

"Elle se rappela au passage qu'il fallait régler l'eau, l'électricité, et vérifier le solde de ses cartes de crédit. On n'allait tout de même pas classer une ancienne Miss Alabama parmi les mauvais payeurs."
page 26 - des réjouissances en perspective


"C'était comme vivre dans un dessin animé. Dans la petite alcôve où elle dormait, Maggie pouvait ouvrir un hublot dans le mur et voir à l'étage inférieur le grand écran de cinéma. Chaque soir allongée dans son lit, elle regardait le film, se laissait bercer par le ronronnement des projecteurs, par les voix des acteurs, les rires étouffés des spectateurs dans la salle."
page 78 - une enfance au dreamland


"-Oh, et zut à la fin ! marmonna-t-elle.
Elle n'avait pas pour habitude de se mettre en infraction, mais les huit places invalides étaient libres, et il était peu probable qu'on vienne les occuper toutes à l'instant. Au cas où on la regarderait, Maggie fit semblant de boiter en entrant."
page 202 - un collant et audrey


"Elle avait eu l'habitude de dire : Il n'y a pas assez de noirceur dans tout l'univers pour éteindre la flamme d'une seule bougie."
page 289 - une vente délicate 


"Elle avait déjà le titre : Les crétins et les imbéciles que j'ai connus ou épousés. Son postulat était très simple - nous vivons dans un monde merveilleux, avec un seul problème : les gens. Qui, refusant de retenir la moindre leçon, reproduisent éternellement les mêmes erreurs. Les animaux sont bien plus intelligents que les êtres humains."
page 360 - une surprise pour brenda


#prayforpeace, mes pensées aux victimes.
 

Notes

Ecrire une note

Haut de la page