3.24.2016

Lectures numériques #1


La 5èm vague de Rick Yancey

La sortie du film approchait quand j'ai commencé à lire le roman et j'ai été assez vite emportée par tout l'engouement qui rayonnait autours à ce moment-là. Finalement après plusieurs semaines de réflexions mon enthousiasme du début s'est peu à peu disloqué. Et là me vient une question de blogueuse littéraire à laquelle je ne m'étais pas intéressée avant : est-il toujours bon de chroniquer ses lectures dès les dernières lignes lues? ( thèse, antithèse, synthèse s'entremêle dans ma tête, évitons de débattre inutilement, je me réflexionnerai sur une autre page blanche plus tard.. ). Revenons donc à nos moutons, ou plutôt à nos E.T. pour le coup, cette dystopie qui mêle science-fiction et triangle amoureux ( ben attends, c'est aussi du young adult ma petite ! ) n'est pas mal du tout, je dirais même addictive, mais pas dinguissime non plus. L'intrigue de base est intéressante, des être venus d'ailleurs tentent d'éradiquer la race humaine par plusieurs phases appelées "vagues" ( d'où le titre Einstein ). Cassie, jeune ado dont le seul problème avant ce désastre n'était que d'attirer l'attention de son crush de lycée se retrouve parmi les malchanceux survivants de l'éradication de sa race. Séparée de son frère elle va alors tout faire pour le retrouver. Bon déjà comment ne pas parler de l'héroïne qui est hyper attachante? Entre fragilité et force j'ai trouvé la plupart de ses choix cohérents et sa personnalité n'a rien à envier aux autres archétypes féminins du genre dystopique. L'auteur quant à lui a une plume efficace avec des répliques vives, directes qui percutent le lecteur et qui m'a souvent fait mouche. Bref j'ai accroché avec Rick. L'alternance des chapitres entre les différents personnages m'a également beaucoup plu, j'aime pouvoir m'attacher à plusieurs protagonistes et voir l'histoire sous différentes facettes et situations. Donc là encore c'est un bon point. Là où ça coince pour moi c'est que je voyais le truc venir de loin loin loin loin loin loin.. En résumé; peu de surprises et c'est bien dommage car c'est le seul bémol de ce roman.

Nous ne comprenions pas pourquoi nous étions encore vivants, et nous n'étions même pas certains de vouloir le rester.




Le monde sans nom par Christelle Nadal

Cette lecture qui m'a gentiment été envoyée par l'auteure est une très belle découverte pour moi. Le petit bémol pour moi fût de lire sur mon smartphone car le texte n'est pas encore en format epub, c'est un détail infime une fois plongée dans la lecture mais elle peut en réfréner certains. Le Monde sans Nom est une histoire fantasy qui mêle différents univers ce qui la rend riche et travaillée. Les personnages ont tous une personnalité assez forte, et sont avant tout guidés par leurs sentiments, leurs émotions; ce qui les rend vraiment attachants et d'autres un peu trop émotifs. Parmi eux l'héroïne Liia possède un tempérament bien trempé et appartient au peuple chamanique des Neyri. Un peuple où le prénom d'une femme est inviolable, le conservant comme le plus précieux des cadeaux à offrir à son futur mari. Une malheureuse rencontre va la contraindre à se retrouver sur une terre auprès d'un peuple qu'elle craint.. 
Les mœurs et coutumes des différentes ethnies rencontrées sont quelque chose que j’apprécie découvrir dans mes lectures et j'étais ravie de voir ce que C.Nadal avait réussi à construire; un roman à l'ambiance singulière avec des codes que je n'ai pas retrouvé dans mes précédentes lectures. Comme pour la 5èm vague, on retrouve un récit construit autours de différents angles de vision : celui des deux protagonistes, Liia et Simen. Et là encore j'ai pris plaisir à vaguer d'un point de vue à un autre, je trouve ce style très efficace et immersif. Ne m'attendant à rien de particulier avec cette lecture et ne sachant vraiment pas dans quoi le récit m'entrainait je me suis laissée entièrement et aisément prendre dans les mots de l'auteure. Le point fort d'ailleurs de celle-ci; il y avait certaines scènes où je pouvais ressentir exactement les émotions des personnages, visualiser les lieux décrit, m'ancrer dans cet univers avec peu de mots. L'histoire est quant à elle assez bien dosée, romance et actions saupoudrée d'une touche d'humour comme j'apprécie. J'ai pas mal ris et ces moments de détente je les dois à Yulian, un personnage que j'affectionne particulièrement qui j'espère vous plaira tout autant qu'à moi si vous décidez de lire cette histoire. L'auteur met à disposition son histoire sur Wattpad pour les habitués ( ici ) mais également sur son blog ( par-là ). Un des petits bonus aura été pour moi de pouvoir m'entretenir avec elle et lui faire part de mon ressenti, développer certains aspects et lui poser toutes les questions que je voulais, c'est une belle expérience qui a su rajouté du charme à ma lecture..

Je sais dissimuler mes traces, remonter une piste, en créer une fausse mais tout cela demande du temps. Hors je n’en ai pas. Ils sont trop nombreux, trop près. Ils ne nous laissent pas d’option.




 Did I mention I love you d'Estelle Maskame

Le dernier roman numérique que j'ai lu est celui d'une jeune demoiselle âgée de 19 ans. Non, vous ne rêvez pas, 19 ans. Elle commence à écrire à 13 ans, finalise sa trilogie ( DIMILY ) à l'âge de 16 et sera finalement publiée à ses 18 ans après un succès retentissant sur Wattpad. Il ne m'en fallait pas plus pour attiser ma curiosité même si ce n'est pas mon genre de prédilection de base. Et puis entre deux lectures un brin de légèreté est souvent de mise chez moi. Eden, adolescente de 16 ans décide d'aller passer l'été à Santa Monica où son père vit désormais. Leur relation s'est effilochée au point où la communication entre eux est quasi inexistante. Une fois sur place Eden découvre que son père a refait sa vie, et qu'elle doit vivre avec une belle-mère et surtout trois demi-frères. Parmi eux il y a Tyler, âgé de plus d'un an qu'elle et qui passe son temps à se comporter comme un con abruti ( allons-y franchement, j'avais les trois quart du temps envie de le claquer ce grand blond ! ). L'alchimie entre les deux n'est pas tout de suite évidente mais peu à peu Eden commence à trouver un certain charme à son demi-frère torturé..
Je ne vais pas vous mentir, j'ai passé un très bon moment avec cette lecture. Ok ça pleut la caricature entre chaque chapitre mais c'est vraiment bien écrit ( en tout cas pour l'âge et l'expérience de l'auteure ). Je me suis surprise à ne pas lâcher le roman car E.Maskame a le don de finir ses chapitres en mini cliffhanger, et ça j'aime ! C'est une lecture fraîche, divertissante, un brin addictive qui nous plonge dans la folie des jeunes lycéens friqués de la côté ouest et dans une romance semi-interdite. On est loin du coup de cœur mais je lirai la suite avec grand plaisir.

Elle m'adresse un sourire triste. J'ai toujours trouvé ça bizarre, les gens qui sourient alors qu'ils sont tristes. Un sourire triste ça n'existe pas, c'est juste un sourire courageux.




Notes

  1. J'ai appriécé La 5e vague malgré un début longuet et un peu trop brouillon.
    Pour ce qui est des chroniques, je les écris souvent pendant et juste après avoir terminé car je préfère un avis à chaud et spontané que trop réfléchi, après il s'agit de point de vue.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Steven, tu as trouvé le début brouillon par moment? Peut-être est-ce à cause des flashbacks et de l'intrigue qui a du mal se mettre en place entre deux?
      Merci pour ton avis sur "ta manière" dont tu rédiges tes chroniques ! 90% du temps je les rédige comme toi, à chaud, je gribouille certaines phrases pendant ma lecture mais rien de bien construit, juste histoire d'avoir quelques éléments en main. La spontanéité et les émotions s'envolent rapidement si on laisse le temps couler entre notre lecture et la chronique, c'est ce qui me fait continuer de rédiger mes chroniques ainsi. Mais, parfois j'ai l'impression d'avoir accordé plus d'importance que je ne l'aurai du à un roman. Est-ce justifié ou est-ce le soufflé qui retombe car je suis en pleine nouvelle lecture? Bref c'est assez difficile à répondre encore pour moi.

      Merci pour ton passage par-ici en tout cas !

      Supprimer
  2. Coucou toi ! Alors j'ai adoré la 5e vague qui a été un coup de coeur en 2015. Comme tu le sais, j'ai également lu Le monde Sans Nom, une histoire qui m'a énormément plu et qui m'a pas mal marquée. Je suis contente que tu ai aimé ! Je repense souvent à cette histoire et j'espère pouvoir lire la suite. Christelle est une personne adorable n'est-ce pas? C'est gentil de prendre le temps d'échanger avec nous et de prendre note de nos remarques, même si pour ma part, je ne suis forcément d'un très douée pour cela et que j'étais en mode "j'adoooore ton histoire!" Ahah.
    Sinon, pour DID I MENTION I LOVE YOU, je m'y suis plongée la semaine dernière sans grande conviction. Je voyais ce livre partout et je me suis laissée tenter malgré le résumé. Au final, j'ai été agréablement surprise. J'ai bien aimé. En plus, la fin... voilà quoi, on veut savoir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hey Maureen ça va? Je comprends ton coup de cœur pour la 5èm vague même si moi je ne l'ai pas eu car c'est une lecture captivante !
      Je te rejoins aussi sur Christelle qui est d'une disponibilité et d'une écoute sans pareil, elle est vraiment, vraiment adorable et prends le temps malgré sa vie trépidante. Et je me souviens au café que tu me disais avoir adoré son histoire, tu étais tellement enthousiaste que j'ai laissé ma lecture en cours pour celle de Christelle, et je n'ai pas été déçue !
      Moi aussi DIMILY ne disait rien à sa sortie mais j'avoue qu'entre deux lectures assez denses et plus fouillis ça m'a fait un bien fou ! Surtout que c'est très addictif.

      Supprimer
  3. Je lirais bien une petite dystopie et tu me donnes envie de lire La 5ème vague, même si apparemment il est un peu prévisible ^^.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Malgré le peu de surprises tu peux tenter cette saga car l'intrigue et la plume de l'auteur sont vraiment addictives ! Bisou Charlotte !

      Supprimer
  4. J'ai juste adoré la 5ém Vague, mais comme Steven, j'ai eu vraiment du mal au début. Je trouve que cela change de la science fiction que l'on voit au cinéma habituellement, avec quand même des aliens vraiment intelligent par rapport à d'autre histoire. Après je ne suis pas une adepte de la science fiction, c'est peut être pour ça que j'ai autant été surprise.
    De mon coté à chaque fin de lecture je note dans mon carnet une note (susceptible de changer) avec les plus et moins du livre. J'écris mes chroniques quelque jours après, histoire de faire le point sur ma lecture, tout en gardant, sur mon carnet, mes impressions de fin de lectures.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Spartan ! Merci pour ton commentaire, c'est certain que lorsque l'on n'a pas l'habitude avec un genre littéraire les premières pages sont un peu déroutantes, surprenantes.
      Je suis ravie d'avoir ton avis sur la manière dont toi aussi tu rédiges tes chroniques ! Justement après avoir écrit ta note et ces quelques temps passés, changes-tu souvent d'avis sur une lecture?

      Supprimer
    2. Je ne change pas d'avis complètement, mais ça me permet des fois de relativisé que c'est pas la lecture de l'année que j'ai déjà lu beaucoup mieux ou exactement la même chose. Alors que pendant et juste après la lecture j'étais vraiment à fond dans l'histoire.
      Ou au contraire de me dire que le livre n'était pas si mauvais mais que je n'étais juste pas le bon public ou juste pas dans de bonne disposition pour le lire.

      Supprimer
    3. Je vois tout à fait ce que tu veux dire ! Merci pour ces précisions^^

      Supprimer

Haut de la page