29 janv. 2017

Réflexions sur les réseaux sociaux


Comment ne pas parler de réseaux sociaux, comment ne pas y être présents surtout lorsque l'on tient un blog et que l'on adore partager? Comme une excroissance prolongeant notre membre supérieur, le téléphone fait parti de nous et les réseaux ont pris une place importante dans notre quotidien. Tellement importante que parfois ça en devient effrayant. Et paradoxalement on adore ça. Cela peut être de merveilleux outils pour rapprocher ceux qui sont loin de nos yeux non? Alors entre l'envie de partager et l'envie de préserver un brin d'intimité je me perds souvent.


C'est comme avec ce blog. J'aime écrire, créer, partager. Et lorsque je déserte pendant plusieurs semaines, voir plusieurs mois je sens une once de culpabilité pointer le bout de son nez. Pourquoi ce sentiment? Cet endroit c'est avant tout le mien et non celui des autres. Je ne comprend pas celles et ceux qui s'excusent de ne pas être "réguliers". La vie et les humeurs font qu'on ne peut pas forcément suivre la cadence. L'envie et la vie passe avant tout, non? Alors même si je réponds à tous mes commentaires, que je suis parfois très premier degré et enjouée dans ma façon de m'exprimer je sais qu'à côté je peux paraitre distante car je ne me dévoile pas assez. Disons que j'ai conscience que tout ce qui se trouve sur internet ou les réseaux en général laisse des traces. Et parsemer des bouts de ma vie un peu partout où tout le monde y aurait accès me dérange. Et pourtant je le fais.
J'écris, je mets des photos en ligne, je partage et je commente. Mais j'essaie de mesurer ce que je poste.


Je pense que l'on peut vivre avec les réseaux tout en trouvant un équilibre mais qu'il est parfois difficile de le définir et qu'il est propre à chacun. Parfois je vais être très expressive et spontanée et d'autres fois moins l'être. Rester dans le flou pour garder une partie de mystère, car, à quoi ressembleraient nos conversations sinon? Si lorsque l'on se voit nous n'avons plus rien à nous dire, à découvrir? Sur Instagram je suis régulièrement détachée et sobre dans ce que je poste ( même si en ce moment j'essaie d'être moins froide ). J'aime les photos, la créativité de ce réseau social et je le considère comme tel. Ce n'est pas un déballage de vie privée pour moi. Cela reste une continuité de mon blog tout en étant un brin plus personnel.


Et puis il y a les jugements, les comparaisons, les frustrations que cela peut procurer d'être sur les réseaux sociaux. Quoi? Vous ne vous êtes jamais comparée à une bombasse sur Insta? Vous n'avez jamais été offusqué devant un commentaire sous une photo ou un post ( que ce soit de vous ou sur quelqu'un d'autre )? Vous n'avez jamais été frustré de voir quelqu'un les pieds dans l'eau pendant que vous vous tapiez une journée difficile au travail? Si votre réponse est non alors un immense bravo à vous. Vous êtes assez distant pour vivre sainement sans que cela ai une quelconque répercussion sur vous. Et moi c'est ce que je recherche au quotidien.


Et puis il y a cette facette que j'apprécie de moins en moins ( en particulier sur Snap ) , cette impression de flicage constant. J'en avais déjà parlé à une amie qui me faisait part de la même remarque. Il suffit que l'on like ou partage quelque chose pour que l'on soit forcément disponible envers autrui ! "Tiens, tu ne réponds pas à mes messages mais par contre je te vois connecté sur Snap/Insta/Whatsapp/etc.." C'est fou non? Mis à part ma famille (et encore, tout est subjectif) je n'ai de compte à rendre à personne !


Si mon article peut vous paraître décousu c'est qu'il l'est.. Je me questionne sur la frontière entre l'envie de partager et ma vie privée et puis ça part en cacahuète ! C'est tout moi ça ! Suis-je accaparée par ce phénomène? Est-ce que je laisse filer le moment présent lorsque je souhaite absolument partager ma vie? Ce que je suis sûre c'est que parfois c'est trop. Que ça me soulève toutes sortes de réflexions. Et qu'aujourd'hui j'ai envie de me décrocher, d'avoir plus de recul.


Et sachez que chacun montre ce qu'il a envie de montrer. Arrêtons les comparaisons, prenons du recul. Tout comme être distant ne veux pas dire être une coquille vide, c'est se préserver. Et rappelez-vous qu'il n'y a que ce que l'on vit avec ses proches au moment présent qui est vrai; immortalisez-le dans votre tête et votre cœur avant de le faire sur les réseaux. 

Des bisous.

Vos Notes

  1. Comme je te comprends ! C'est difficile de trouver le bon équilibre, il faut s'écouter et effectivement ne pas se comparer

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai; être à l'écoute de soi et faire ce que l'on a envie de faire au moment voulu c'est le plus important !

      Supprimer
  2. Je suis tout à fait d'accord avec toi ! Je fonctionne comme ça.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ravie de voir que tu rejoins mon avis et la même manière de procéder Djahann ^^

      Supprimer
  3. C'est tout à fait ça ma Didy ! Pour ma part Instagram a évolué en plus perso et je me suis éloignée de la blogo et ça me plaît mieux comme ça :D
    Je suis plus le reflet de mon site, mais juste Dodie now ! mdrrrr
    J'essaye de faire des articles si j'en ai envie, mais sinon je ne me force pas, alors qu'avant j'avais aussi cette culpabilité de ne pas poster... (ça m'arrive de l'avoir encore d'ailleurs, c'est ouf !)
    Bisouuuus ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou ma Dodie !
      Merci pour ton avis à ce sujet, j'ai bien vu que tu te prenais moins la tête avec ton blog et tu as bien raison à ce sujet ! C'est vrai qu'Instagram c'est aussi un bout de sa personnalité, de soi et je t'y reconnais bien dans le tien !^^

      Bisous !!

      Supprimer

Haut de la page