5.17.2017

Love letters to the dead - Ava Dellaira



Auteur : Ava Dellaira
Genre : Young Adult / Drame
Paru en : Mai 2014
Prix : 7€  
Éditeur : Michel Lafon
Pages : 361


quatrième de couverture
"Tout a commencé par une lettre. Une simple rédaction demandée par un prof : écrire à un disparu. Laurel a choisi Kurt Cobain, parce que sa grande sœur May l’adorait. Et qu’il est mort jeune, comme May. Si elle ne rend jamais son devoir, très vite, le carnet de Laurel se remplit de lettres à Amy Winehouse, Heath Ledger… À ces confidents inattendus, elle raconte sa première année de lycée, sa famille décomposée, ses nouveaux amis, son premier amour. Mais avant d’écrire à la seule disparue qui lui tient vraiment à cœur, Laurel devra se confronter au secret qui la tourmente, et faire face à ce qui s’est vraiment passé la nuit où May est décédée."

A sa sortie je l'avait tellement voulu ce roman ! J'ai attendu sa sortie en poche ( un an ) et j'ai le laissé prendre la poussière encore une année avant que je me décide à le lire, parce que vous savez, les drames c'est jamais simple à aborder. J'attends d'être dans le "bon ton", je n'en lis jamais quand le moral est déjà dans les chaussettes, ni quand mes piles sont rechargées. J'aime lire ce genre d'histoire à tête reposée afin d'encaisser l'éventuel trop plein d'émotions. Avec cette lecture j'ai été épargnée de cette appréhension. Non pas parce que l'histoire n'est pas dramatique, mais plutôt parce que le style et les mots utilisés adoucissent les blessures de Laurel.


Après la mort de sa sœur, elle change de lycée pour mieux fuir ses souvenirs et se recréer indépendamment de ce qu'elle connait déjà. À son cours d'anglais un devoir est demandé : rédiger une lettre à un disparu. Alors au lieu d'écrire à la première concernée elle se dévoile à des artistes décédés. La correspondance est donc à sens unique et le roman prend des airs de journal intime. Un journal très touchant où Laurel s'adresse directement à ses correspondants. Ça part d'une anecdote, d'un film, d'une chanson ou d'un poème qui l'aura marqué. Le rapprochement est parait direct mais petit à petit on aperçoit l'iceberg. Elle se reconnait dans les expériences et fêlures d'Amy Winehouse, de Kurt Cobain ou encore de Judy Garland. Et j'ai trouvé cette introspection vraiment originale et touchante. J'ai pu également découvrir certains artistes et même si je suis loin d'écouter du Nirvana je dois dire que Heart-Shapped Box colle à merveille au roman.


Bien que l'histoire tire en longueur et qu'il ne s'y passe pas grand chose elle reste cependant bien écrite et juste. Et c'est en grande partie grâce aux personnages et à Laurel. On ne peut que rentrer dans ses baskets de lycéenne paumée. Douce, timide, attentionnée en quête d'identité et de renouveau. À cette description on pourrait la penser fade mais elle est pleine de lumière et de couleurs. Elle se teste, expérimente, encaisse et rejette. S'affirmer, mûrir, ça prend du temps, et même si elle fait des conneries, elle est loin d'être irréfléchie.


Et puis il y a cette révélation qui m'a prise de court.. Même si par la suite tout semble couler de source,  j'ai été confuse en apprenant ce secret.. Pour finir il y a ces passages qui m'ont beaucoup plus; quand les mots sont bien choisis et résonnent en moi, j'apprécie mon moment de lecture (cf extraits) .


La surprise, le style, les personnages et l'originalité de la narration; voilà des éléments essentiels à un bon roman. Je ne dis pas qu'il est inoubliable mais il en vaut le détour. Et puis, Love letters to the dead est seulement le premier roman de l'auteure  ;)





note à moi-même : regarder Minuit à Paris



extraits

Chère Amy Winehouse,

[...] Quand ton premier album est sorti, tu avais encore l'air innocente, tu étais une jolie fille qui, dans les interviews, disait se trouver laide. Mais, à ton deuxième disque, on aurait dit que tu t'étais inventée un nouveau personnage. Tu montais sur scène dans ta petite robe, en sirotant un verre, avec ta grosse choucroute sur la tête et tes yeux maquillés à la Cléopâtre, et tu chantais d'une voix qui tombait comme un torrent de ton corps frêle. Tu portais tes vêtements comme une armure, mais, dans tes chansons, tu te livrais totalement.
page 73


Je crois que beaucoup de gens aimeraient devenir quelqu'un, mais ne se lancent pas, de peur de ne pas être à la hauteur des attentes des autres.
page 161


Ce qu'il y a de bien avec les traditions, c'est qu'elles conservent la force des souvenirs.
page 176


- Tu sais, bien souvent, les mots ne suffisent pas. Mais ce n'est pas une raison pour ne pas essayer..
page 222


- Les expériences humaines se heurtent souvent aux limites du langage, m'a-t-elle expliqué. C'est une des raisons pour laquelle nous avons la poésie.
page 332


Si on vous demandait ce devoir, à qui adresseriez-vous cette lettre ?




Notes

  1. Tristesse, pour une fois que je tombe sur une chronique d'un roman que j'ai déjà eu... il se trouve que je l'ai donné à un anniversaire sans l'avoir fini. Du coup je peux pas te donner un avis constructif.
    J'aimais beaucoup l'idée d'un roman épistolaire où l'héroïne écrit à des artistes disparus, et le fait qu'on apprenne un peu plus sur sa vie grâce à ses correspondances à des gens décédés est plutôt sympa. L'idée de l'introspection en comparant son expérience à celle de célébrités est vraiment chouette je trouve ; après comme l'histoire traîne un peu en longueur, comme tu dis, je n'ai jamais réussi à finir le livre. J'ai pas beaucoup de patience haha :P

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah mince, c'est pas de bol ah ah. Moi aussi l'introspection à travers les lettres et ses expériences m'a beaucoup plu ! C'est ce qui m'a le plus touché d'ailleurs. Je te rejoins aussi pour l'histoire qui traîne en longueur.. Avec un peu plus de dynamisme ça aurait été plus appréciable ;)

      Supprimer
  2. Depuis qu'il a commencé à tourner sur la blogo et booktube, j'ai toujours gardé ce titre dans un coin de ma tête. D'un côté il m'attire et d'un autre côté je suis quasiment sûre d'être déçue, alors je me suis jamais lancée.

    J'ai lu ta chronique en diagonale parce que je n'aime pas trop lire d'avis avant de m'en faire moi-même un mais je pense que je viendrais la relire si jamais je finis par lire ce bouquin. Je ne savais pas qu'il était sorti en poche déjà, ça me décidera peut-être un peu plus vite !


    Lily

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Lily !
      C'est vrai que quand un titre tourne beaucoup sur la toile le sentiment est partagé.. Ça m'est déjà arrivé d'avoir envie de découvrir le roman et d'en attendre tellement que j'en ai été déçue.. Et donc souvent j'attends que la vague passe pour savoir si d'abord j'ai vraiment envie de lire ce roman mais aussi pour avoir une critique moins soumise à l'effet de masse.

      Le poche c'est sympa quand tu hésites justement^^. J'espère que si tu le lis tu viendras me donner ton avis !

      Supprimer
  3. Hello,
    Je ne l'ai jamais lu, mais rien que la couverture, je la trouvais très jolie en la voyant passer sur la toile. Et ton article a confirmé mon souhait de le découvrir avec des découvertes d'artistes (car moi j'adore Nirvana). Merci à toi pour ce bel article.
    A bientôt.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hey Julie !
      C'est vrai que la couverture est superbe ! Et si tu aimes Nirvana je pense que tu vas apprécier l'expérience :)
      De rien et merci à toi pour ton commentaire !!

      Supprimer

Haut de la page