6 déc. 2017

Mémoires d'un Yakuza - Saga Junichi



Auteur : Saga Junichi
Genre : Biographie / roman
Paru en : 1992
Prix : 9,50€  
Éditeur : Picquier poche
Pages : 363


quatrième de couverture
"L'histoire véridique d'Ijichi Eiji ou la vie d'un gangster japonais, d'un yakuza, telle qu'il la confia à son médecin avant de mourir, à la fin des années 1970. Chef de gang spécialisé dans les "affaires de jeu" à Tokyo, il raconte avec sincérité son apprentissage, son ascension sociale, ses amours, les tripots de jeu, les assassinats, ou bien comment il se coupa un doigt en signe de repentir."

Un jour d'hiver le docteur Saga Junichi ausculte un vieil homme qui ne le laisse pas indifférent. Son visage est singulier et ses tatouages ne laissent aucun doute, le médecin a devant lui un véritable gangster japonais; un yakuza. Une complicité s'installe naturellement entre le médecin et son patient qu'il commence alors, à rendre visite régulièrement, magnétophone en main afin de conserver son  témoignage.


Eiji a alors 15 ans quand il commence à relater son histoire au médecin et nous voilà plonger dans le Tokyo des années 1910. Le début du roman est un peu long mais cela vaut le coup de s'attarder sur les prémices du jeune homme qui sont une précieuse source d'informations sur le train de vie des japonais. Il côtoie d'abord les bateaux de transports et la vie des dockers dans le quartier de Fukagawa où il est employé dans l'usine de charbon de son cousin en tant que comptable. C'est en contact avec ce milieu qu'il mit un pied dans le bain et l'engrenage se fit de lui-même. Dès les premiers chapitres Eiji vous parle de la misère et de la crasse sans détour, certains scènes sont dures et m'ont plongé dans une immense gratitude pour la vie que je mène. 


Très tôt il connait ses premiers émois mais aussi la syphilis (MST) qui faillit l'emporter à moins d'une vingtaine d'années. Puis il y eu le grand tremblement de terre de 1923 (magnitude de 7,29 sur l'échelle de Richter) qui détruit et mis en feu Tokyo. 200 000 morts, 2 millions de sans abris. C'est après ce tragique épisode qu'Eiji va faire la  rencontre de sa vie, celle qui le mena à ce destin si particulier. Et cela me troubla de savoir comment il fût repéré.. Il avait tout simplement la tête de l'emploi, ce qui frappa un chef de gang. Étonnant non? Et aussi simplement il rentra dans le métier.


C'est là que tous mes fantasmes et préjugés sur les yakuzas furent balayés. Déjà les vrais yakuzas sont ceux qui traitent des "affaires de jeu"; ceux qui se proclament yakuzas et qui se spécialisent dans la drogue, le marché noir, l'immobilier ou quelque autre affaire ne sont que des imposteurs, "des personnes qui n'arrivent pas à gagner leur croûte comme il faut." Puis il y a toutes ces règles (très peu développées à mon sens d'ailleurs) et ce sens des obligations qui me fit une forte impression. La valeur d'un yakuza ne se mesure pas à son âge ou à sa force mais à son sens du devoir, des responsabilités et surtout de la manière dont il traite les autres. La fierté n'est qu'une nécessité pour éviter le déshonneur du clan et le respect dont ils font preuve est une source d'inspiration. 


C'est pourquoi entrer en prison est un honneur pour eux, ils sauvent la face du gang, et s'ils tiennent bon gagnent une certaine notoriété ainsi que le respect des confrères. La prison Eiji la connu à 19 ans et peu de temps après il fût appelé à la guerre. Ensuite se suit tour à tour l'ascension, la prison; une nouvelle fois,  et les amours. Je ne vous en dévoilerais pas davantage car il me semble déjà avoir écrit suffisamment pour vous donner envie de vous plonger dans ce fabuleux témoignage. Rien de surfait ou de très ordonné, l'histoire découle comme Eiji la raconte à son médecin et c'est une partie du charme de cet ouvrage.


extraits

Il paye la note, et avant de s'en aller me dit: "n'importe quand. Tu n'as qu'à venir à l'adresse indiquée sur cette carte et je serais toujours prêt à t'écouter. Réfléchis à mon offre."
La carte de visite était tout ce qu'il y a de mieux avec une bordure dorée, et on pouvait y lire:
"Takamura Seizaburo
Spécialiste en toutes sortes d'ennuis"
Le maçon - page 81


Il y avait des règles précises pour pratiquement tout - de la façon dont on salue quelqu'un au-dessus ou au-dessous de soi, la façon de parler aux gens, la façon d'indiquer que vous les écoutez, tout. C'est un monde féodal, très différent de la vie ordinaire extérieure. Et ça va même jusqu'à influencer les relations que vous avez avec les femmes.
l'apprenti - page 114


Le plupart des gens s'imaginent que les yakuzas sont des brutes, mais pour arriver en haut, il faut bien plus que du muscle et de la force. Autrement n'importe quel idiot pourrait y parvenir.
L'apprenti - page 110


En tout cas, avec toutes ces coutumes et ces obligations à s'occuper des gens et à sauver les apparences, le patron d'un gang de yakuzas avait les pieds et poings liés, et quel que soit le montant des sommes qui entraient, il n'en avait jamais assez.
la paie - page 286



Et vous, comment imaginez-vous les yakuzas? Ce livre vous fait envie?

Vos Notes

  1. L'article est là, l'article est là #hyperventillation ;P
    Il me fait plus qu'envie et ton article a fini de me convaincre! En plus, tu as ajouté des extraits.. merci pour cette découverte *-*

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ah, c'est vrai que tu étais hyper intéressée par ce livre ! Je suis très fière de moi de savoir que j'ai pu te convaincre autant. Bisous Mégane.

      Supprimer
  2. J'ai tellement envie de le lire maintenant que j'ai avalé ton article ! Merci :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rooh merci Julia ! J'espère qu'il te plaira ;)

      Supprimer
  3. Bon... Y a pas à dire... IL FAUT QUE JE ME LE PROCURE !
    L'univers des Yakuzas me parle et me fascine autant que tout ce qui touche à la culture japonaise.
    Tu m'a encore plus convertie à l'idée qu'il faut que je lise ce livre et je pense qu'il ne va pas tarder à rejoindre ma PAL !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah mais totalement ! Surtout vu ton attrait pour cette culture et ton superbe projet ! J'ai hâte d'avoir ton avis dessus ;)

      Supprimer

Haut de la page